DISTORSIONS

« Une ontologie qui passe sous silence la Nature s’enferme dans l’incorporel et donne, pour cette rai­son même, une image fantastique de l’homme, […] de l’esprit et de l’Histoire. »

M. Merleau-Ponty

DISTORSIONS est une performance qui s’inspire de textes d’Alain SUPIOT, Giuseppe LONGO, Bruno LATOUR et Pablo JENSEN. Construit en quatre parties, elle propose un éclairage singulier autour de l’œuvre de Francisco de GOYA.

1. Perception
2. The Line without Thickness
3. Distorsions
4. El sueño de la razon produce monstruos

PROPOS

El sueño de la razon produce monstruos, gravure du peintre espagnol Francisco de GOYA, est traditionnellement interprétée comme une critique de l’ignorance et de la superstition lorsque la raison est endormie. Mais la polysémie du mot espagnol “sueño” peut être traduite en français par « le sommeil » ou « le rêve ». La phrase peut alors être comprise selon deux sens: « Le sommeil de la raison produit des monstres » ou bien « le rêve de la raison produit des monstres ». Elle dénonce à la fois l’endormissement de la raison qui ouvre la voie à l’ignorance et à la superstition et inversement, le rêve d’une raison toute puissante qui produit également des formes monstrueuses.

GOYA participe à l’élaboration d’une raison émancipatrice qui est au cœur de la pensée des lumières. Au travers la polysémie de son titre, l’œuvre en formule également la fragilité et les limites. Si une raison éclairée mène à la liberté individuelle et collective, si le savoir peut nous extraire de l’ignorance et de ses dérives, il peut également basculer dans le domaine du dogme et produire les effets inverses.

Ce questionnement sur la place de la raison traverse les âges. Au début du XXe siècle, le compositeur italien Mario CASTELNUOVO-TEDESCO compose un thème et variations à partir d’El sueño de la razon produce monstruos (op. 195). Cette œuvre, écrite pour guitare classique, est interprétée en clôture de cette performance. Distorsions souhaite s’inscrire au sein de cette réflexion et la réactualiser au regard des enjeux contemporains.

COLLABORATION

DISTORSIONS à fait l’objet d’une résidence avec l’artiste visuel Fabrice STARZINSKAS afin de proposer une performance audiovisuelle (A/V).

PRODUCTION

27 juillet 2019
Live A/V
Festival COUCOOL, France

Facebook

Instagram